Fiche 3068 - GILBERTUS de Normania

permalien : http://studium-parisiense.univ-paris1.fr/individus/3068-gilbertusdenormania
Retourner à la liste

Informations prosopographiques
    Fiche d’identité
    • Nom:
      • GILBERTUS de Normania
    • Variante(s) de nom:
      • Gilebertus de NORMANIA
      • Référence : CUP II 140-141 (n 679).
    • Description courte:
      • Bachelier ?
    • Date d'activité:
      • 1310-1310
    • Sexe:
      • male
    • Statut:
      • Gradué
    Origine et situation géographique
    • Lieu de naissance:
      • ?Normandie.
    Cursus
    • Université ou Studium:
      • Paris ?
    • Cursus:
      • ?Bachelier ès arts ou en médecine (Paris) 1310 ?
      • Référence : CUP II, 140-142 (n679).
      • Commentaire : /Les quarante personnes figurant sur la liste sont censés être des maîtres et bacheliers en arts et en médecine de l’Université de Paris en fait, le titre est précisé pour seulement certains d’entre eux pour les autres, non seulement la Faculté est inconnue mais il est aussi possible qu’ils ne soient pas encore gradués ;
    Commission/Expertise
    • Autres commissions:
      • Membre d'un groupe de quarante maître et étudiants qui ne semblent pas faire partie d’une commission officielle et qui, à la demande de Raymond LULL, viennent jurer devant l'Official de Paris que la doctrine de ce dernier est "bonne, utile et nécessaire"; comme Sententia definitiva in favorem pietatis et doctrinae b. Raymundi Lullii, elle a été imprimée à Paris en 1676 (mais meilleur texte dans ROSSELLO, Obras rimadas de Ramon Lull, Palma, 1859, p. 77). Le texte est cependant suspect pour le Chartularium du fait de la présence parmi les quarante de deux Servites parisiens alors que la maison parisienne de l'ordre n'a été fondée qu'en 1328 mais rien n’interdit de pesner que ces Servites aient pu être individuellement présents à Paris. Les membres déclarent "quod ipsi a dicto magistro Raymundo Lull audiverunt per aliqua tempora artem seu scientiam, quam dicitur fecisse seu adinvenisse idem magister Raymundus, que quidem ars seu scientia sic incipit "Deus cum tua gratia, sapientia et amore incipit ars brevis que est imago artis generalis, que sic intitulatur Deus cum tua summa perfectione incipit ars generalis ultima. Ratio quare fecimus istam artem brevem est, ut ars magna facilius sciatur, nam scita ista arte predicta et etiam alie artes de facili poterunt addisci". Et sic terminatur Ad honorem et laudem Dei et publice utililatis finivit Raymundus hunc librum Pisis in monasterio S. Dominici [Donnini?], in mense Januario, anno MCCCVII Incarnationis Domini nostri Jhesu Christi". Asseruerunt etiaim dicti magistri et omnes alii, ut predicitur, per eorum juramenta coram prefatis juralis nostris, quod dicta ars seu scientia erat bona, utilis, et necessaria, prout ipsi poterant perpendere seu etiam judicare; et quod in ea nihil erat contra fidem catholicam, seu etiam dicte fidei repugnantia; multa autem ad sustentationem dicte fidei et pro ipsa facientia in dicta scientia seu arte, ut dicebant, poterant inveniri". Le texte était cependant tenu pour authentique par la chancellerie du roi d'Aragon en 1369, ce qui peut malgré tout inciter à le tenir pour authentique ; si c'est un faux, il semblerait plutôt que ce soit un faux parisien, ce qui peut donner quelque crédibilité à la liste des noms qu'elle contient ;
      • Référence : CUP II, 140-141 (n 679).
    Bibliographie
    • Ouvrages usuels et instruments de travail:
      • CUP II, 140-142 (n679) ;
    • Autres bases prosopographiques:
      • STUDIUM http//lamop-vs3.univ-paris1.fr/studium/ Rédaction Jean-Philippe GENET, 21/11/2019.
  • <1a> 3068
  • <1b> GILBERTUS de Normania
  • <1c> $Gilebertus de NORMANIA$
  • <r> CUP: II 140-141 (n° 679).
  • <1d> Bachelier ?
  • <1f> %1310-1310%
  • <1k> Gradué
  • <2a> ?*Normandie.
  • <5b> *Paris ?
  • <5c> ?Bachelier ès arts ou en médecine (*Paris) %1310% ?
  • <5c> /Les quarante personnes figurant sur la liste sont censés être des maîtres et bacheliers en arts et en médecine de l’Université de £Paris : en fait, le titre est précisé pour seulement certains d’entre eux : pour les autres, non seulement la Faculté est inconnue mais il est aussi possible qu’ils ne soient pas encore gradués ;
  • <r> CUP: II, 140-142 (n°679).
  • <10b> Membre d'un groupe de quarante maître et étudiants qui ne semblent pas faire partie d’une commission officielle et qui, à la demande de $Raymond LULL$, viennent jurer devant l'Official de £Paris que la doctrine de ce dernier est "bonne, utile et nécessaire"; comme &Sententia definitiva in favorem pietatis et doctrinae b. Raymundi Lullii&, elle a été imprimée à *Paris en %1676% (mais meilleur texte dans ROSSELLO, &Obras rimadas de Ramon Lull&, Palma, 1859, p. 77). Le texte est cependant suspect pour le &Chartularium& du fait de la présence parmi les quarante de deux Servites parisiens alors que la maison parisienne de l'ordre n'a été fondée qu'en %1328% : mais rien n’interdit de pesner que ces Servites aient pu être individuellement présents à *Paris. Les membres déclarent : "quod ipsi a dicto magistro Raymundo Lull audiverunt per aliqua tempora artem seu scientiam, quam dicitur fecisse seu adinvenisse idem magister Raymundus, que quidem ars seu scientia sic incipit : "Deus cum tua gratia, sapientia et amore incipit ars brevis que est imago artis generalis, que sic intitulatur : Deus cum tua summa perfectione incipit ars generalis ultima. Ratio quare fecimus istam artem brevem est, ut ars magna facilius sciatur, nam scita ista arte predicta et etiam alie artes de facili poterunt addisci". Et sic terminatur : « Ad honorem et laudem Dei et publice utililatis finivit Raymundus hunc librum Pisis in monasterio S. Dominici [Donnini?], in mense Januario, anno MCCCVII Incarnationis Domini nostri Jhesu Christi". Asseruerunt etiaim dicti magistri et omnes alii, ut predicitur, per eorum juramenta coram prefatis juralis nostris, quod dicta ars seu scientia erat bona, utilis, et necessaria, prout ipsi poterant perpendere seu etiam judicare; et quod in ea nihil erat contra fidem catholicam, seu etiam dicte fidei repugnantia; multa autem ad sustentationem dicte fidei et pro ipsa facientia in dicta scientia seu arte, ut dicebant, poterant inveniri". Le texte était cependant tenu pour authentique par la chancellerie du roi d'£Aragon en %1369%, ce qui peut malgré tout inciter à le tenir pour authentique ; si c'est un faux, il semblerait plutôt que ce soit un faux parisien, ce qui peut donner quelque crédibilité à la liste des noms qu'elle contient ;
  • <r> CUP: II, 140-141 (n° 679).
  • <19> Pas d'œuvres connues.
  • C BIBLIOGRAPHIE
  • <99a> CUP: II, 140-142 (n°679) ;
  • <99c> STUDIUM : http://lamop-vs3.univ-paris1.fr/studium/ : Rédaction : Jean-Philippe GENET, 21/11/2019.
Visualisation géographique